Actualité

Dans le marais de Lumbres, les six de classes de CAP (1ere) du lycée Bernard-Chochoy de Lumbres ont restauré une « dépression humide » (sorte de mare comblée) située à proximité de leur établissement. Pelles et fourches ont remplacé pendant deux jours la truelle et le marteau des apprentis maçons. Objectif : favoriser le retour d’une flore et d'une faune spécifique des zones humides (papillons, libellules, amphibiens, etc.). Fin mai-début juin, les lycéens viendront constater le retour de la nature.  

Ce chantier nature, organisé par la Communauté de communes du Pays de Lumbres, le Parc naturel régional et l'association Les Blongios, s'inscrit dans la continuité du programme Biodiver’lycée (porté et financé par Espaces naturels régionaux).

En 2016 et en 2017, les lycéens ont participé à des actions des plantations afin de renforcer l’aspect paysager typique des marais de l’Audomarois. L'année suivante, ils ont mené une opération de nettoyage des berges et du cours d’eau alimentant le marais. 


L’opération « Plantons le décor » propose durant l’hiver, des ateliers pratiques pour découvrir les méthodes de taille et la greffe sur table d’arbres fruitiers. Gratuits sur inscription au 03 21 87 90 90 sauf le stage de greffe (le 9 mars).
Mercredi 7 février et samedi 3 mars, initiation à la taille des fruitiers, arbres et arbustes, de 9h à 13h à la maison du Parc à Le Wast.
Vendredi 2 mars, perfectionnement à la taille fruitière et à la plantation sur arbres haute-tige, de 14h à 17h. Rendez-vous devant l’église de Crémarest.
Vendredi 23 mars, perfectionnement à la taille fruitière et à la plantation sur arbres basse-tige, de 10h à 17h. Rendez-vous à la maison de retraite des Dominicaines à Hardinghen. (cliquez sur +)

Samedi 24 mars, initiation à la taille des fruitiers palissés (taille d’hiver)de 14h à 17h. Rendez-vous devant l'église de Crémarest.
Vendredi 9 mars, stage de greffe sur table de 9h à 16h à la maison du Parc, à Saint-Martin-lez-Tatinghem. Inscription et renseignements auprès du Centre régional de ressources génétiques : 03 20 67 03 51. Participation aux frais : 25 euros.


A l'occasion de la journée des mondiales des zones humides (le 2 février), des visites guidées dans le marais Audomarois, des observations d'oiseaux et des animations à destination des écoles sont prévues dans et autour du marais Audomarois. Toutes ces manifestations sont gratuites. Du 27 janvier au 4 février, en famille, entre amis, petits et grands, vous pourrez (re)découvrir un patrimoine végétal et animal inestimable, à deux pas de chez vous. Les zones humides comme les marais, les mares, les étendues d'eau naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, sont des écosystèmes qu’il est important de protéger et de respecter. Retrouvez le programme des animations ci-dessous (+)

 jmzhprog20182



Le premier forum des acteurs économiques de la bio en Caps et Marais d’Opale a réuni 80 personnes et 27 acteurs économiques des filières biologiques des Hauts-de-France. 

Rencontres et échanges fructueux entre producteurs et entreprises agroalimentLes agriculteurs et futurs agriculteurs, en agriculture biologique ou conventionnelle, sont venus rencontrés des entreprises en recherche de partenaires bio. 

En élevage, céréales ou légumes, les débouchés existent et la demande n’est pas comblée. Le comité de pilotage pour le développement de l’agriculture du Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale accompagne les exploitants qui veulent prendre le virage de l’agriculture biologique pour pérenniser leur activité. Contact : Marie-Pierre Fauquembergue, chargée du plan d’actions de l'agriculture bio au 03 21 87 90 90 ou par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Inauguration à Quelmes et à Zudausques d'une chaufferie collective citoyenne au bois local. Dans ces deux communes, l’école, la mairie et la salle polyvalente sont chauffées grâce à une micro-chaufferie collective (michauco) et un réseau de chaleur d’une centaine de mètres. Une première dans la région. Les deux communes expérimentent le concept de michauco proposé par « Énergie Citoyenne », une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) financée par 250 sociétaires (citoyens, entreprises, associations, collectivités, clubs d’investisseurs locaux CIGALES).
La SCIC s’occupe de tout (installation, maintenance, approvisionnement), les communes payent la chaleur consommée.Economiques, les micro-chaufferies collectives au bois local sont également écologiques et sociales, elles soutiennent le développement de la filière bois local. Les plaquettes sont issues, entre autres, du bocage.