Actualité

Le Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale mobilise son territoire pour maîtriser l’éclairage nocturne afin de réduire la consommation d'énergie et de lutter contre les effets de la pollution lumineuse sur l’environnement, la biodiversité et la santé.Une quarantaine d’élus des communes du Parc naturel régional ont ainsi participé à la réunion d’information sur la charte de l’ANPCEN* et le label « Villes et villages étoilés », organisée à la maison du Parc à Le Wast. Le Parc accompagne les communes qui souhaitent s’engager dans la lutte contre la pollution lumineuse en leur conseillant des mesures concrètes ... 

* ANPCEN : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne

Depuis 2009, l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne (ANPCEN) récompense par des étoiles les communes qui s’engagent pour réduire la pollution lumineuse et diminuer la facture de l’éclairage public. Le Parc accompagne les communes qui souhaitent s’engager dans la lutte contre la pollution lumineuse en leur conseillant des mesures concrètes : éteindre l’éclairage des rues une partie de la nuit, s’équiper d’horloges astronomiques, de variateurs de tensions, changer les vieilles ampoules, supprimer les lampadaires qui éclairent mal (ex : les « boules ») etc. Ces actions peuvent ensuite être valorisées par l’obtention de label « villes et villages étoilés » par la commune.

Contactez Axelle Triplet-Cagnard, chargée de mission Energie-Climat au 03 21 87 90 90.

* ANPCEN : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne 


Une journée pour mieux comprendre l’agro-écologie. Le vendredi 12 mai, le lycée agricole de Coulogne et deux exploitations (à Guînes et à Hermelinghen) vous accueillent (agriculteurs, jardiniers expérimentés ou amateurs,curieux) pour vous présenter leurs démarches et les principes de l’agro-écologie*. À Guînes, l’agriculteur, Marc Lefebvre, présentera son exploitation tournée vers l’agro -écologie et l’agro-foresterie. À Hermelinghen, agriculture biologique rime avec accueil pour la famille Fouble puisque le couple met une partie de ses terres à la disposition d’une jeune agricultrice qui démarre son activité de maraîchage bio. (lire la suite, cliquez en bas à droite (+) )

À Coulogne, le lycée agricole sera ouvert au public de 14h à 19h. Jusque 16h, les élèves et les équipes enseignantes présenteront les modules d’enseignements consacrés au maraîchage sur sol vivant et à la permaculture. Puis de 17h à 19h, autour de
stands et d’animations sur le jardinage au naturel, des conseils et des astuces vous attendent pour « prendre soin de la terre ». Le lycée agricole de Coulogne se situe sur la route départementale 943 à Coulogne.

Renseignements : Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale au 03 21 87 90 90 ou après du lycée de Coulogne au 03 21 46 14 60.

Cette journée s’inscrit en lien avec Les flâneries printanières proposées samedi 13 et dimanche 14 mai au Channel, scène nationale de Calais. Programme complet sur www.lechannel.fr

* L’agro-écologie se définit comme une façon de produire qui concilie performances économiques, environnementales et sociales. Les productions sont rentables et diversifiées, l’usage des ressources sensibles (carburant, engrais, phytosanitaires, etc.) est maîtrisé, les ressources naturelles et les écosystèmes sont préservés. L’agro -écologie s’inscrit dans une relation
harmonieuse entre l’Homme et la Nature.


A Ambleteuse, l’opération « Hauts-de-France propres » s’est déroulée à proximité de Réserve naturelle régionale du pré communal d’Ambleteuse. Coordonnée par la société locale de chasse Le Réveil et le Parc naturel régional, la matinée de ramassage des déchets a permis aux participants de découvrir un site exceptionnel reconnu pour sa faune et sa flore. L’occasion également de présenter officiellement la nouvelle signalétique du site financée par le Conseil régional et la Fondation du Patrimoine. Le panneau informe les promeneurs de la richesse floristique du site (plus de 500 espèces végétales) et de la mise en pâturage d’avril et septembre grâce à des éleveurs locaux d’ovins et de bovins.


Le 3e forum de l’habitat groupé participatif s’est déroulé à la maison du Parc à Le Wast. Une quarantaine de personnes sont venues s’informer, échanger et rencontrer des groupes en recherche de volontaires pour rejoindre leur projet d’habitat participatif. Sur le territoire du Parc, il existe plusieurs projets. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à contacter Mélanie Huguet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..                                                       À noter, les 20 et 21 mai ont lieu les journées européennes de l’habitat groupé participatif. En région, des habitants ouvrent leurs portes. Une occasion unique de découvrir des habitats originaux, créés et gérés par leurs habitants et un mode vie basé sur la convivialité et la solidarité grâce à l’implication au quotidien dans les relations de voisinage. Plus d’infos sur : http://www.habitatgroupe-en-nord.fr


L’opération Villages et marais propres, partenaire de l’opération « Hauts de France Propres », a rassemblé cette année 518 volontaires. En groupe, les bénévoles dont de nombreuses familles ont participé au ramassage de déchets dans les rues des villes et villages du marais Audomarois et sur les berges des rivières. « L’opération a malheureusement été fructueuse », regrette Luc Barbier du Parc naturel régional. Cinq tonnes de déchets ont été collectées. Cette démarche, lancée il y a une vingtaine d’années, s’est déroulée dans 20 communes sur les 22 de la Réserve de biosphère du marais Audomarois. Les habitants sont ainsi sensibilisés à la pollution des lieux publics.


Le conseil de rivages Manche-Mer du Nord s’est déroulé à Clairmarais, sur le site de la ferme du Zuidbrouck. Parmi les sujets présentés, le projet de la ferme du Zuidbrouck, dite Ferme Lambert. Acquise par le Conservatoire du littoral, le projet est partenarial et poursuit trois objectifs : maintien de l’activité agricole (élevage) en prairies humides, préserver l’environnement naturel et améliorer les connaissances scientifiques enfin développer une activité éco-touristique (ferme et moulin du XIXe s.). Le Parc naturel régional sera partie prenante dans ce projet (collecte de mémoire, inventaires et suivis de la biodiversité, aménagements paysagers, etc.). Le Parc sera le gestionnaire du Conservatoire du Littoral pour la gestion et le suivi du site.